Blog Image

Ateliers Art 21, le blog

Actualité d'Art 21, ateliers d'art contemporain

Bienvenue sur le blog d'Art 21.

Tous les élèves des ateliers peuvent ajouter un commentaire ou des photos en relation avec les activités des ateliers ou d'autres activités personnelles similaires : expos, travaux personnels, etc.

info@art21.be

02 735 69 52

Revenir à l'accueil d'Art 21

A propos de J-L David et de Marat

Infos culturelles diverses Posted on 14 Avr, 2013 13:01:58

Voici un lien vers une excellente émission d’Arte +7 que je vous recommande à tous.
http://videos.arte.tv/en/videos/david-et-la-mort-de-marat–7439982.html
Merci à John Ellyton.

J.R.
14 04 2013



Commentaire sur le commentaire

Infos culturelles diverses Posted on 26 Oct, 2012 10:02:22

Tiens, v’là l’ blog qui bouge ! Chouette !
Concernant la fonction de l’art, le
Monsieur que tu cites, Karin, semble tenir beaucoup à ce que « ça
provoque ». Je préfère, quant à moi, dire que l’art et la littérature
peuvent, peut-être, parfois, quand on a vraiment quelque chose à dire, susciter
un questionnement, mais je ne crois pas qu’il faille leur attribuer une
« fonction » autre que d’être ce qu’ils sont. Le mot de « provoquer » a une
connotation combattante qui me semble instrumentaliser une pratique qui
n’a pas besoin de s’opposer pour exister, pas plus qu’elle n’a besoin
du contraire, d’ailleurs. On ne fait pas de l’art ni de la littérature
« contre ». S’il y a opposition, provocation, etc., c »est qu’à un moment,
le discours de l’artiste entre en conflit avec le discours courant. Ce
n’est pas quelque chose qu’il faut chercher. On ne peint pas un nu pour
provoquer, mais parce qu’on trouve ça BEAU. Si la société en est gênée,
trouve ça obscène, par exemple, elle considère alors cela comme
provoquant, mais ce n’était pas le propos. (Voir Michel-Ange). On
rejoint l’éternelle question de l’engagement dans l’art. Un artiste
« engagé », quelles que soient ses bonnes raisons, fait de sa pratique
l’outil de son combat. Il se sert de l’art au lieu de le servir. Être un
artiste, c’est déjà être engagé : c’est avoir dans la société la place
assez difficile à tenir de celui qui, à ses risques et périls, s’expose.
Il tente publiquement de donner forme. Parfois cela peut donner sens.
C’est ainsi que j’envisage ma pratique et c’est ce que j’essaie de
transmettre à ceux qui me font l’honneur de m’écouter, de regarder mes
œuvres, qui sont dédiées à la contemplation, et de me lire.

Concernant
l’article incriminé, je ne trancherais pas en disant que A. Nothomb est
une écrivaine essentiellement commerciale, même si c’est ce que je
pense, mais son article est d’un opportunisme indigne d’une artiste !
Ici, il y a la rencontre de deux maladies : celles de l’écrivaine et
celle de notre société. La première se nourrit de la deuxième.

Grand
merci à toi, Chère Karin.



La rentrée 2012-2013

Les ateliers Art 21 Posted on 05 Juin, 2012 17:26:09

Vous pouvez dores et déjà vous inscrire pour la rentrée de septembre.

Toutes les infos sont sur le site www.art21.be fraîchement remis à jour.

Horaires, tarifs, inscriptions, etc.

Soyez gentils : diffusez le plus possible.

Merci à vous tous.



Nouvelle parution

Infos culturelles diverses Posted on 04 Mar, 2012 16:32:23

Je suis très heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau livre
Petit traître
aux éditions Albertine, Paris.
Sortie en librairie annoncée pour le 5 mars 2012


Petit traître
est le récit poétique d’une enfance prisonnière. Empruntant souvent au poème
une métrique classique, de brèves séquences disent un monde carcéral où les
adultes dépossédés d’eux-mêmes, éraflés par une guerre qui ne dit pas son nom, se
résolvent à laisser ceux qu’ils n’assument plus.

Vivre le quotidien d’un petit, enfermé sans
attentes, c’est « marcher dans le mensonge ». C’est découvrir que le
corps d’un autre, quel qu’il soit n’est jamais qu’une impasse. Éprouver que
trahir, et autrui et soi-même, est un mode de survie au cauchemar du réel, si
vivre n’est qu’un rêve.

Petit traître fait pendant à La plage d’Oran publié en 2010 chez le
même éditeur.

J. R.



De la technique, si vous voulez…

Les ateliers Art 21 Posted on 10 Déc, 2010 09:50:01

A la demande de Colette Morel qui prépare déjà le dessous de son sapin, voici quelques livres techniques sur la peinture.

Il y a beaucoup de références, toutes plus aguichantes les unes que les autres. Certaines sont de bonne qualité, mais d’autres expliquent souvent que « c’est facile », alors que ce n’est pas vrai. J’utilise personnellement celles-ci :

-Xavier de Langlais, La technique de la peinture à l’huile, Flammarion. C’est encore tjs la bible. Style ampoulé, mais excellentes connaissances techniques, très clair et complet. Il cite souvent Marc Havel, La technique du tableau, Dessain et Tolra, que je ne connais pas. Bonne réputation, il était ingénieur chimiste chez Lefranc et Bourgeois.

– François Perego, Dictionnaire des matériaux du peintre, Belin. Presque exhaustif, mais très très technique. Plutôt professionnel.

– Johannes Itten, L’art de la couleur, Dessain et Tolra. Un peu « gris » à la lecture, mais indispensable, si on veut comprendre ce qu’on fait en matière de couleur. Prof au Bauhaus.

– Voir aussi le site : http://www.dotapea.com Très complet, très accueillant, mais parfois évasif sur les procédés d’exécution.

Bonne lecture,

J.R.

PS : Et aussi de quoi réfléchir.

· Maurice Merleau-Ponty, L’œil et l’esprit, Gallimard, Folio

· Claude Lévi-Strauss, Regarder, écouter, lire, Plon

· Ludwig Wittgenstein, Remarques sur les couleurs, T.E.R. (bilingue F – D)

· Wassily Kandinsky, Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier, Gallimard, Folio (traduit de l’allemand)

· Ernst Gombrich, Histoire de l’Art, Phaidon (traduit de l’anglais)



Stage de Carnaval : LE TRACE 3

Les stages Art 21 Posted on 02 Déc, 2010 12:41:14

La ligne, le trait, la volute et la droite. Trouver le geste qu’il faut en alliant précision et souplesse. Exercices nombreux dans divers formats et techniques appropriées : crayon, pinceau, feutre, etc.
Pour tous dès 16 ans.

A la maison des Arts de Schaerbeek, 147, ch. de Haecht – 1030 Bruxelles

Les 7 et 8 mars 2011 de 10 à 16 heures.

Prix : 80 euros

Inscriptions : 02 735 69 52 ou info@art21.be



Sur la peinture

Infos culturelles diverses Posted on 26 Nov, 2010 16:42:57

Voici les textes dont j’ai parlé à certains
d’entre vous et que je vous transcris avec plaisir.

Bonne lecture !

J’aimerais parler de
la peinture d’un tableau. Je n’ai jamais pensé que peindre un tableau ait un
quelconque rapport avec l’expression libre. C’est une communication sur le
monde faite à quelqu’un d’autre. Une fois que le monde est convaincu par cette
communication, il change. (…) Tout
l’enseignement sur l’expression de soi est erroné en art, elle (l’expression de
soi) concerne la thérapie.

Se connaître est
valable pour soustraire le « soi » au processus. J’insiste sur cela
parce qu’il existe une idée selon laquelle le processus d’expression de soi
serait lui-même porteur de valeurs. Mais produire un travail artistique est une
autre affaire et je parle de l’art en tant que métier.

(…) Certains artistes
veulent tout dire, comme à confesse. Moi tant qu’artisan, je préfère en dire
peu. (…) il y a plus de force à dire peu qu’à tout dire.

Quelle que soit la
manière dont on peint un grand tableau, on est dedans, ce n’est pas quelque
chose qu’on décide.

Mark Rothko, Écrits sur l’art 1934-1969, Flammarion, Paris, 2005

Puis-je modestement ajouter que même
l’expressionnisme le plus débridé peut se réclamer de ce
« manifeste » dès lors qu’il s’agit d’élaborer une vision du monde adressée
à autrui et non un « regard » sur son nombril qui ne s’adresse
qu’à soi-même ?

C’est bien évidemment dans cette ligne d’idée
que j’inscris ma pratique d’artiste et de pédagogue.

Encore ceci (Chine, XVe siècle):

Si loin que vous alliez, si haut que vous
montiez, il vous faut commencer par un simple pas. Ainsi, l’Unique Trait de
Pinceau embrasse-t-il tout, jusqu’au lointain le plus inaccessible et sur
dix-mille millions de coups de pinceau, il n’en est pas un dont le commencement
et la fin ne réside dans cet Unique Trait de Pinceau dont le contrôle
n’appartient qu’à l’homme.

(…) que la raison
pénètre partout et les aspects les plus variés pourront être exprimés.

Shitao, Propos
sur la peinture du moine Citrouille amère,
Trad. P. Ryckmans, Plon, Paris
2007

Et aussi (France, XIXe s.):

En étudiant la nature,
n’ayez d’yeux d’abord que pour l’ensemble. Interrogez-le et n’interrogez que
lui. Les détails sont de petits importants qu’il faut mettre à la raison. La
forme large et encore large ! La forme, elle est le fondement et la
condition de tout ; la fumée même doit s’exprimer par le trait. (…)

Plus les lignes et les
formes sont simples, plus il y a de beauté et de force. Toutes les fois que
vous partagez les formes, vous les affaiblissez, il en est de cela comme du fractionnement
en toutes choses. (…)

Pour la construction
d’une figure, ne procédez point par morceaux. Construisez tout en même temps,
et, comme on dit fort bien, « dessinez l’ensemble ».

Jean Auguste Dominique Ingres, Écrits et propos sur l’art, Hermann,
Paris, 2006.

Nous aurons, j’espère, l’occasion d’en reparler.

JR



Table littéraire autour de « La plage d’Oran » de Jacques Richard

Infos culturelles diverses Posted on 10 Oct, 2010 18:58:09


Vous êtes cordialement invité
à la “ table littéraire”
qu’organise
la Bibliothèque Sésame
autour du livre de

Jacques Richard
LA PLAGE D’ORAN

éditions Albertine, Paris

et du travail de son éditeur,
Dominique Tassel.

Ils vous accueilleront
le dimanche 17 octobre 2010 de 14 à 17 heures .


Bibliothèque Sésame
Boulevard Lambermont, 200
1030 Bruxelles


La plage d’Oran est un récit poétique qui transcende son cadre historique. Il y est question, dans l’Algérie des années de guerre, d’une enfance où l’innocence n’a pas cours. Ici, la condition de jeune être humain n’a d’enfance que le nom. Rien, ni la brutalité superbe du monde contemplé, ni les autres, adultes aux repères vacillants, petits laissés pour compte,ne peut donner de réponse, de morale à l’expérience physique de la violence et du mal.

En tableaux brefs dont la prose adopte souvent une métrique classique,se déploie l’évocation de moments où l’abus tient lieu d’initiation,le cauchemar de rêve, le champ de batailles et de douleurs entraperçuesde terrain de jeu. Les temps morts et l’attente ne sont pas des refuges. Peut-être le silence.

Il s’agit, pour une part, de souvenirs lointains.

www.editions-albertine.fr



Suivant »