A la demande du journal l’Express, Amélie Nothomb a écrit un article sur la tuerie de Chevaline, en Haute Savoie, survenue en septembre dernier, qui défraie la chronique. Certains y voient de la haute littérature, la plupart le qualifient de voyeurisme. Mais ce n’est pas pour l’article lui-même que j’en parle ici, mais bien pour citer le commentaire qu’un internaute en a fait, commentaire que je trouve assez à propos concernant l’Art en général.

Le voici :

« Le propre de la littérature n’est pas de faire du joli. Ce n’est pas non plus de mettre les gens à l’aise. Le rôle de toute oeuvre d’art est de provoquer. Provoquer n’importe quoi, une émotion, une réaction, que ce soit négatif ou positif, l’Art n’a pas à répondre aux questions, n’a pas à expliquer, n’a pas à se poser de barrières morales. L’art questionne les barrières morales. L’art questionne. C’est tout.

Et c’est ce que vient de faire Amélie Nothomb avec un talent certain. Elle provoque, et je dois dire que les gens qui se disent « mal à l’aise », ‘nauséeux »…etc ont tout à fait raison. Je pense que c’est exactement le but de ce texte. Pas d’informer, non, pas de rechercher la vérité, non plus, mais de faire ressentir, de provoquer, de questionner. Mission accomplie. »

Si vous souhaitez lire le texte, voici le lien :

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/commentaire.asp?id=1175062

Cordialement à tou(te)s

Karin Delande